Le 23 mars 2001 est ce fameux jour où ma vie de femme bascule dans celui de mère : il y a 10 ans, je mettais au monde mon premier enfant ; beaucoup de fatigue, d'émotion, et au bout du compte, au bout de ce travail, l'être qui va changer le cours de ma vie.

D'abord, parce que ce sont toutes ces premières fois qui vous marquent pour toujours, la découverte que nous sommes faites l'une pour l'autre, et que ce regard, oh, ce regard, gravé au fond de ma chair pour toujours, fait que mon monde tournera différemment.

Et puis, cette naissance s'accompagne déja de ces prémices que tout ce bonheur peut basculer du jour au lendemain : je deviens alors la Mère Louve, qui ne quitte pas ou presque jamais son bébé, ou bien du bout d'un interphone qui sépare deux murs. J'ai toujours eu cette peur absolue de la mort...Déja, ce rêve (cauchemard) prémonitoire : des gens autour de moi, tous de noir vêtus, qui m'entourent et qui pleurent...Comment expliquer cette récurrence dans mes nuits depuis que j'ai, allez, 18/19 ans ?...Bref, je suis totalement accro à ma fille, elle est devenue le centre de ma vie...

Alors, quand tout bascule, je ne suis déja plus moi même : je me vois de plus haut, comme si mon esprit s'est détaché de mon corps. Celle qui hurle après les pompiers, celle qui se balance en répétant comme un mantra le nom de sa fille, celle sui doit appeler son mari au téléphone pour lui annoncer l'imprononçable, celle qui n'a plus assez de larmes pour pleurer...C'est moi ?

Aujourd'hui encore, j'ai des séquelles de ces premières heures, ces premiers jours : j'ai perdu la mémoire, j'ai des véritables trous dans mes souvenirs, et j'ai comme traversé dans le brouillard ces semaines de douleur et de peine...

Il y a 10 ans, Clara a fait de moi la plus heureuse, la plus fière, et la plus belle des mamans : son départ m'a laissé presque pour morte ; qui pourrait croire qu'on sort indemne de cette épreuve ? Peut-on vraiment vivre après ? La réalité est que l'on a pas le choix : la vie continue en vous emportant avec elle, et puis un jour, 1 an exactement après ce 23 mars 2001, lors d'une retraite avec d'autres "orphelins" d'enfants, je découvre que je suis enceinte  : Olivia s'annonce, Clara veille sur elle, elle nous l'envoie même.

Ajourd'hui, Clara devrait fêter ses 10 ans : tout un symbole pour moi, je sais que cette date, plus que les autres, me marquerait. Avec ses 3 soeurs, on va aller fleurir ton petit jardin, et te redire combien on t'aime, et combien la vie, même sans toi, avec toi autrement, est belle.

clara_et_nous_sept_2001

Mes pensées vont à toutes celles dont j'ai croisé le chemin, elles se reconnaîtront, et qui continuent à vivre des années après, avec le souvenir de leur enfant trop vite parti....